Kataloge
Information
Ausleihe
Fernleihe
Lesesäle
Arbeiten und Forschen
Führung/Schulung
Anschaffungsvorschlag
Benutzungsbestimmungen
Niedersachsen-Information
Niedersächsische Bibliographie
Niedersächsische Personen
Niedersachsen-Archivbibliothek
Landeskunde im Internet
LeibnizCentral
Leibniz-Bibliographie
Leibniz-Forschungsbibliothek
Leibniz' Leben und Werk
Leibniz-Nachlass
Leibniz-Archiv
Leibniz-Gesellschaft
FAMI
Bibliotheksreferendariat
Fortbildung
Bestände
Sondersammlungen
Autographen
Historische Nachlässe
Moderne Nachlässe
Bestände
Geschichte
Abteilungen
Stellenangebote
Praktikumsplätze
Sponsoringleistungen
Datenbanken
Elektronische Zeitschriften
Digitale Sammlungen
Weitere Digitalisate
Niedersächsisches Online-Archiv Open Access
GWLB-Logo Bibliothek

start 
Banner

katalog der gwlb

benutzerdaten

service

digitale bibliothek


niedersachsen

pflichtexemplare

leibniz

sammlungen


veranstaltungen

publikationen gwlb

aus- und fortbildung

leseförderung


projekte

presseinformationen

über uns

kontakt
datenschutz

leibniz

History of the Guelphs

Les recherches sur l’histoire des Guelfes entreprises par Leibniz allaient bientôt briser le cadre de l’histoire d’une dynastie, faite principalement à être exploitée par la politique. Même après son voyage d’exploration des années 1687 – 1690 Leibniz continua à augmenter sa documentation d’une façon continue; il se servit du vaste réseau de ses correspondants pour acquérir de nouvelles sources et pour élucider des problèmes historiques particuliers. Dès 1692 Leibniz prévoyait que sa représentation projetée de l’ «histoire de Brunsvic» dans le contexte de l’histoire allemande et européenne depuis Charlemagne dépassait la capacité d’un individu; une limitation à l’époque avant 1235 (année de la constitution du duché de Braunschweig – Lüneburg) paraissait donc s’imposer, d’autant plus que l’importance suprarégionale de la dynastie se manifestait le plus nettement à cette époque. Au début Leibniz s’était imaginé qu’il achèverait cet ouvrage historique en peu d’années, mais jusqu’à sa mort il ne devait avancer la rédaction des Annales Imperii occidentis Brunsvicenses que jusqu’à l’an 1005 (le texte à été publié en 1843- 1846 par Georg Heinrich Pertz). En revanche il publia dans un premier temps des travaux préliminaires et des résultats provisoires tels que sa Lettre sur la connexion des maisons de Brunsvic et d’Este, 1695; mais surtout il fit imprimer des sources – selon Leibniz le fondement indispensable d’une historiographie à base scientifique et qui soit accessible à une vérification critique: Codex juris gentium diplomaticus, 1693, avec un supplément: Mantissa, 1700; Specimen historiae arcanae sive anecdotae de vita Alexandri VI. Papae, 1696; Accessiones historicae, T. 1-2, 1698; Scriptores rerum Brunsvicensium, T. 1-3, 1707-1711. De l’ensemble des sources historiques réunies par Leibniz et ses collaborateurs, ses successeurs en fonction de bibliothécaire à Hanovre ont composé encore au XVIIIe siècle de vastes recueils (Johann Georg Eckhart, Corpus historicum medii aevi, T. 1-2, 1723; Christian Ludwig Scheidt, Origines Guelficae, T. 1-5, 1750-1753).

L’intérêt que Leibniz portait aux sciences historiques dépassait de loin le domaine d’un historiographe de la dynastie des Guelfes. Font partie de son œuvre des études et des correspondances sur la théorie, la didactique et la méthodologie de l’histoire aussi bien que des travaux relatifs à la numismatique, à la diplomatique et à l’archéologie. Des expertises sur des situations juridiques médiévales (droit de la chasse, 1698; Origines des villes, 1709/11) et sur le droit de l’Empire (Histoire du vicariat de l’Empire, 1711) abordent des questions de l’histoire générale en même temps que des problèmes du droit public. C’est par là qu’apparaît la dualité des recherches historiques du baroque: l’effort non affecté de mieux connaître le passé d’une part et l’exploitation du savoir historique en vue de buts politiques de l’autre se manifestent également dans le soutien que Leibniz apporta pendant de longues années à l’idée d’une «Société historique allemande». Cette organisation devait fournir le cadre d’une histoire de la nation allemande et mettre au jour en même temps des droits de l’Empereur susceptibles d’être exploités par la politique.


Bibl.:   Louis Davillé, Leibniz Historien. Essai sur l’activité et la méthode historiques de Leibniz. Paris 1909.
Werner Conze, Leibniz als Historiker. Berlin 1951 (Leibniz zu seinem 300. Geburtstag 1646- 1946, Lieferung 6).

retour à: Vie de Leibniz

vers le haut

 

waterloostraße 8
30169 hannover
tel. +49 511 1267-0
fax +49 511 1267-202
information@gwlb.de
 
 
 
öffnungszeiten:
mo–fr: 9:00–19:00
sa: 10:00–15:00
so: geschlossen
 
 
 
 

führungen

bibliotheksführungen

schulen

a–z der gwlb

wegbeschreibung

impressum